La saison de l’équipe de water-polo du CNO (Club Nautique de l’Ondaine) est terminée. Le groupe a réussi à se maintenir en passant par les barrages. La saison prochaine, le club souhaite un nouvel élan sportif avec un objectif de performances.

Par De notre correspondant Valentin BARTEVIAN Portant fièrement l’équipement de la section, les joueurs sont satisfaits de s’être maintenus malgré une saison complexe. Photo Progrès/Valentin BARTEVIAN

Grâce à des matches décisifs, la section water-polo du club chambonnaire a dernièrement réussi à se maintenir en Nationale 3A. Cependant, selon Thibaut Fornasier, l’un des entraîneurs mais également capitaine de l’équipe, au club depuis une dizaine d’années, la saison avait mal débuté : « Nous avons mal commencé au niveau de la préparation et cela s’est soldé par des mauvais matches que nous avons perdus ».

Un nouveau gardien en provenance d’Ukraine

Pour lui, qui est épaulé par Macéo Guergouz, le deuxième entraîneur lors des entraînements, et Éric Fornasier, pour les matches, l’équipe a su se ressaisir pour éviter la descente. « Sur la deuxième partie de saison, il y a eu une remise en question de nombreux joueurs de l’équipe qui a fait que nous avons pu accéder aux barrages et ne pas finir dernier », précise-t-il.

Durant la saison, avec 17 joueurs au total, de tous les âges, « il y a eu un renouveau ». Un nouveau gardien en provenance d’Ukraine pour ses études a par exemple rejoint le groupe. Aussi, pour pouvoir assurer la pérennité de l’équipe, face aux contraintes professionnelles, beaucoup de joueurs ont fait des concessions, dans un esprit collectif.

« Certains joueurs, qui travaillaient le week-end, ont réussi à trouver un aménagement pour pouvoir sauver une saison qui était mal embarquée », apprécie Thibaut Fornasier. Malgré la crise sanitaire, ou même la fermeture de la piscine il y a quelques années, il l’assure fièrement, « 90 % des joueurs sont restés ».

Avec deux entraînements par semaine, le club a donc trouvé les ressources pour performer lors des barrages. Néanmoins, conscient des difficultés rencontrées, « l’objectif est de ne pas réitérer cela l’année prochaine en faisant les choses dans le bon ordre pour être prêt sur les premiers matches, sécuriser les premières places et ensuite regarder plus loin ». Pour ce faire, l’équipe pourra compter sur la section jeune, vouée à être développée, afin de pouvoir intégrer des joueurs sur les feuilles de matches.

En tout cas, si le club semble bien tourner, c’est notamment en raison de l’esprit qui règne et de l’implication de ses membres. « Je pense que nous ne pourrions pas organiser les matches ou les entraînements comme nous les organisons si les bénévoles du club n’étaient pas là. »

De plus, et c’est tout à fait notable pour les poloïstes, le public, dont le maire, est venu nombreux pour assister aux rencontres de l’équipe « où il y a de l’enjeu, de l’engagement, de la vitesse et où ça bouillonne comme dans le Chaudron », selon Farid Guergouz.